10/05/2014

Fin du voyage.



























Réfugiés à Tokyo










































































Tatsumi, le 26 mars 2014

Banlieue ouest de Tokyo. Prévue à la base pour les employés du gouvernement tokyoïte, une des tours de 138 mètres du complexe «Shinonome Tower», à la périphérie de Tokyo, dont la construction s’est achevée
début 2011, a été cédée au mois de mai de la même année à quelque 1400 réfugiés du nucléaire du district de Fukushima. Les loyers des appartements sont payés par
la préfecture de Fukushima à celle de Tokyo pour une duréede quatre ans, renégociable à terme. Une grande partie des réfugiés ne peuvent plus retourner chez eux, notamment ceux des villes de Namie, Futaba, Ohkuma, Odaka, dont les taux de

radioactivité représentent des risques trop élevés pour la santé.

13/04/2014

Manifestation anti-nucléaire (2)


Tokyo, le 23.03.2014
Organisée par les femmes et mères japonaises de Tokyo, la marche de revendication a fait une boucle entre la station de métro de Shinjuku à Shibuya et retour à Sinjuku.

12/04/2014

Manifestation anti-nucléaire (1)




   video


Tokyo, le 21.03.2014

Une manifestation anti-nucléaire hebdomadaire a lieu chaque vendredi soir  depuis la catastrophe de 2011 devant le parlement à Tokyo. Ce même parlement où la question du nucléaire et plus particulièrement de la centrale de Fukushima Daiichi est traitée brièvement.

04/04/2014

Retour à Fukushima city







18.3.14
Une soirée à boire trop d'excellent saké et une météo dégueulasse nous condamnent à l'improductivité la plus totale. Premier jour de pause depuis le départ.


03/04/2014

A la recherche de "minna no ie"




























17.3.14
Sendai est une belle ville, où même en hiver, il semble faire bon vivre grâce aux nombreux parcs et aux interminables galeries marchandes. Pourtant près de 8000 personnes y périrent le 11 mars 2011. Au lendemain du Tsunami, Toyo Ito, célèbre architecte (lauréat du prix Pritzker 2013 - sorte de Nobel de l'architecture) natif de la ville, imagina le concept de "Maison pour tous", édifice ouvert aux déplacés de la catastrophe, afin de reconstruire le lien entre les communautés.
La première de ces maisons fût bâtie dans un parc d'un quartier de la ville, que nous localisons, espérant y rencontrer des gens. Hélas le parc est vide, point de maison et personne pour nous renseigner. Patto souffre d'une inflammation musculaire et nous abandonnons nos recherches.
Un chauffeur de taxi, à qui Matto dessine la mer pour lui indiquer que nous désirons nous rendre au port, rigole, gêné, sans comprendre ce que nous voulons. Nous lui indiquons finalement l'adresse de notre hôtel et rentrons les oreilles basses.
Toyo Ito:
http://mnj.gov-online.go.jp/homeforall.html
http://www.nippon.com/en/views/b03101/

02/04/2014

Arrivée tardive



















16.3.14
Entrons vers 16h en ville de Sendai. Pris dans un bouchon, notre chemin croise celui d'une manifestation contre le nucléaire à la hauteur du parc Kotodai. Impossible toutefois de s'arrêter en plein trafic. Une fois notre hôtel localisé et nos bagages déposés, nous retournons au parc où ne subsiste qu'un mini-bus de hippie et une dizaine de personnes qui font de l'endroit table nette.

01/04/2014

Kesennuma, Rikunzentakata, Ofunato





















15.3.14


Tsunami géant 
t'as tout emporté,
salaud!

Senryû* d'un habitant de Minami-Sanriku

*forme de poésie populaire, ironique et satirique
tiré de "l'archipel des séismes" Editions Philippe Piquier




30/03/2014

Arthur Liou, artiste-pèlerin















14.3.14
En arrivant à Rikunzentakata, on ne voit qu'un immense chantier, des centaines de machines en tout genre remblayant le sol de terre. Il faut du temps pour réaliser que trois ans plutôt s'élevait ici un quartier, des rues, des réverbères, des maisons, un café. Celui-ci s'est réinstallé à l'endroit même où il se trouvait avant que le tsunami ne fasse table rase de la plus de la moitié de la ville. Halte bienvenue en cette après-midi balayée par un vent glacial. Nous y rencontrons Arthur Liou, artiste taïwano-américain, qui y fait étape aujourd'hui durant son long périple de 500 km le long de la côte dévastée de l'est du Japon. Tellement surpris par sa présence, nous oublions de lui tirer le portrait, ce que lui ne manque pas de faire. Son excellent projet est à voir ici:
http://behindthewaves.net

29/03/2014

Lost in translation



















14.3.14
Christine nous ayant quitté pour de plus verts reportages, nous voici largués. Apprivoisons lentement un GPS qui parle anglais, mais dont les multiples touches et options sont en katakana, dont impossible à lire. Le plein fait, nous filons vers le nord.

28/03/2014

De retour dans la zone























13.3.14
Ohkuma, Tomioka ou Futaba resteront pour longtemps des villes contaminées, et la décision du gouvernement japonais d'en réouvrir certaines à ses habitants, au mois d'avril prochain, n'y changera rien. Pour le moment, sur ces bourgades à moitié démolies par le tremblement de terre, où de nombreux bâtiments menacent de s'écrouler, il règne un inquiétant silence. D'autant plus inquiétant lorsqu'il est rompu par une voiture roulant à tombeau ouvert sur la rue principale. 

27/03/2014

Des sacs, des sacs et encore des sacs




















13.3.14
Naraha, située dans le district de Futaba et dans le périmètre de la zone d'exclusion a été évacuée de ses habitants en mars 2011. Depuis lors, des centaines d'ouvriers nettoient les sols. Sur un territoire de 10345 ha pour 8230 habitants les travaux d'assainissement sont achevés à 93%: Ils ont produit près de 475'000 sacs d'une tonne de terre chacun, stockés sur le des terrains municipaux en bordure de mer, dans l'attente d'une évacuation.
Malgré ces travaux pharaoniques, les sols restent irradiés en profondeur par l'infiltration des eaux de surface.

A la mairie de Tamura



















12.3.14
Tamura, commune de montagne de 40'000 habitants, située à une quarantaine de kilomètres du réacteur, a été partiellement évacuée en mars 2011. Cet ordre a été levé en avril l'année suivante. Le maire explique avoir appris les nouvelles de l'accident de la centrale par la radio. Livrés à eux-même, les habitants ont dû gérer cette situation de crise seuls, sans aide aucune du gouvernement. 

26/03/2014

On the road again
























12.3.14
Déjà plus de mille kilomètres au compteur sur les petites routes des montagnes qui séparent Fukushima de la côte est du Japon.

25/03/2014

Terres pourries
























12.3.14

Impressionnante carte en élévation des lieus contaminés trouvée sur le web. Toute aussi parlante que celle remise par les employés du bureau municipal qui délivre les autorisations de circuler dans la zone d'exclusion. Malgré un dosimètre et un compteur sivert très précis, en plus d'un contrôle détaillé de nos personnes au sortir de la zone, le calcul pour connaître la dose cumulée durant notre passage dans la région est compliqué; la valeur totale ne donne qu'un chiffre abstrait. Une seule certitude: il ne fait pas bon vivre aux alentours, et ceci pour plusieurs décennies au moins.

24/03/2014

11.3.2011


































11.3.14
Cérémonie solennelle de commémoration cet après-midi au centre culturel flambant neuf de Minamisoma. Reçus par un bataillon de gens en costume sombre, on nous délivre une carte de presse qui nous permet de nous assoir au dernier rang d'un auditorium bien rempli. Deux à trois cent personnes assistent à la cérémonie; l'officiant s'adresse dos au public, puis un écran s'abaisse pour la retransmission du discours du l'empereur et de l'impératrice. Beaucoup d'émotion, de larmes et de mouchoirs dans la salle. N'ayant que peu d'images à faire en ce lieu, nous nous éclipsons au moment où le public entonne un chœur.